def.
Du minéral à l'architecture, la peinture est l'espace protéiforme des matières qui, au travers de lignes droites sécantes ou parallèles, deviennent volumes ; là où la couleur s'arrête, le dessein suit. Dans une genèse de formes pigmentées, striées, tachetées, en circonvolution, en concrétion, de ces lieux où s'inventent des visions. Les coupes transversales minérales racontent l'origine d'une matière, la lumière, cette source mordorée qui fossilise une temporalité. Tantôt dans la transparence, tantôt dans l'opacité se construisent des valeurs chromatiques, traces et reflets d'un geste sous lesquels se sédimentent failles et écailles. Stratifiée, la peinture est une matrice dont le langage raconte le mouvement dans la staticité, lumière dans la spacialité, et dans un flux qui appelle sans cesse à l'architecture d'une matière.
Minérales
2016, encre, acrylique, plexiglas sur
sur
Métal
2017, encre, aluminium sur
sur
Architecturées
2017, formats variables sur
sur
Du minéral à l'architecture, la peinture est l'espace protéiforme des matières qui, au travers de lignes droites sécantes ou parallèles, deviennent volumes ; là où la couleur s'arrête, le dessein suit. Dans une genèse de formes pigmentées, striées, tachetées, en circonvolution, en concrétion, de ces lieux où s'inventent des visions. Les coupes transversales minérales racontent l'origine d'une matière, la lumière, cette source mordorée qui fossilise une temporalité. Tantôt dans la transparence, tantôt dans l'opacité se construisent des valeurs chromatiques, traces et reflets d'un geste sous lesquels se sédimentent failles et écailles. Stratifiée, la peinture est une matrice dont le langage raconte le mouvement dans la staticité, lumière dans la spacialité, et dans un flux qui appelle sans cesse à l'architecture d'une matière.