Prix de La critique.org  au Salon Réalités Nouvelles 2017, décerné par Christian GATTINONI, rédacteur en chef de la revue web d'art contemporain la critique.org, critique d'art et commissaire

"Catherine Aznar, la couleur par tous les moyens, une histoire rénovée.",

 

" Née en 1980 à Toulon, Catherine Aznar se forme aux arts plastiques à l’université d’Aix-Marseille. Après un mémoire sur « L’entre-deux comme visibilité d’une faille », elle intègre l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris pour être diplômée en design textile. Elle développe alors professionnellement ses talents de conceptrice matière, couleurs et imprimés. Elle enrichit ses nombreuses ouvertures à la décoration et à la mode par son œuvre picturale profitant d’une conception novatrice des abstractions colorées.
 Dans ses Histoires de peintures, Daniel Arasse distingue deux formes de réception de ce type d’œuvre : «  il y a donc cette double émotion : l’émotion choc devant, pour moi en général, le coloris et, complémentairement, l’émotion de le densité de pensée qui est confié à la peinture ». Face aux productions de Catherine Aznar, nous sommes nous aussi d’abord sensibles à la splendeur de ses variations colorées. Nous intéressant à ses multiples techniques mises en œuvre nous y voyons transparaitre son concept transversal tout à fait contemporain. Cette œuvres se situe théoriquement dans un après Gerhard Richter, notamment dans le débat entre photographie et peinture sur la question de la représentation. Arasse dans le même essai montre à propose de Rothko « comment la figure s’était engloutie dans l’abstraction, et comment elle continuait à travailler , comment il y avait dans cette abstraction un corps absent continuant à travailler ». Catherine Aznar ne renoue que partiellement avec la figure, l’ensemble des supports qu’elle utilise, à l’exception de la toile justement, plexiglas, aluminium ou papier en minent les contours tandis que les techniques de report lui constituent un corps qui travaille en sous-œuvre, dans l’aléatoire d’une reproduction imparfaite, ainsi de l’oxydation.
Les photomatières peuvent s’ordonner en lignes de matière ou en lignes de couleurs. Dans le premier cas une figure sans bord franc semble surgir du cœur même de la matière d’aluminium. Ses productions sont proches alors des encaustiques de Philippe Cognée, dans une imprécision plus troublante. Pour la série des Blancs réversibles elle paraît creuser le cœur de ce support de plexiglas, ni mat, ni opaque. L’utilisation de son envers rappelle alors les miniatures sous-verre d’un Philippe Favier sans avoir le maniérisme, ses dimensions confrontant directement à la transparence. Support et matière peuvent encore voir une figure plus couvrante fusionner dans la série des Temporalités qui mêlent impression et oxydation sur papier.
Quand aux peintures elles relèvent de deux règnes, celui du minéral et celui du métal, surtout quand elles se cantonnent à deux dimensions. Sa peinture se trouve toujours profondément sédimentée reprenant des processus naturels de constellations, de concrétions, d’érosion ou de fossilisation. Comme elle revendique « dans cette géologie de la matière la couleur dessine ». Elle suscite des évocations poétiques, sensations paysagères ou représentations terrestres, célestes, effets aquatiques ou gazeux.
Dans son expérimentation conjointe de la couleur et de l’espace l’artiste reprend le matériau qui a fait l’objet de toutes ses études, le textile, notamment sous l’espèce synthétique de nylon. Elle lui associe l’acrylique ou la gouache pour générer ses mobiles. Ces architectures aériennes donnent dans l’entre-deux de leur mouvement une nouvelle énergie à la couleur.
Quand ses peintures voient leur support se structurer sur une troisième plan, elles s’incurvent pour devenir pseudo-sculpture ou décor d’installation. On peut les concevoir comme les maquettes de ces scènes où elles convoquent d’autres créateurs. En effet pour accentuer la rénovation matiériste générale qu’elle recherche, l’horizon du geste se profile en performances. La fluidité restant une qualité de l’ensemble de ses productions, elle collabore avec différentes danseuses pour poursuivre ses recherches autour du corps et de la peinture en mouvement. Cet apport sensoriel engage une narration grâce l’authenticité du geste inscrit sur cette temporalité vécue dans l’espace qui restaure une histoire contemporaine de la couleur."
Christian Gattinoni

Novembre 2017

 

 

 

_________________

Catherine Aznar, peintre et artiste plasticienne est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure Des Arts Décoratifs de Paris en 2005, après avoir effectué un Master d’Arts Plastiques à l’université Sorbonne Panthéon en 2002.

________________

Sa démarche est à la fois une recherche et une expression sur la couleur, la matière et l’espace. De facto, elle questionne la peinture dans sa contemporanéité par le dessein des mouvements et des transformations de la matière énigmatique et parfois invisible et ce sur différents matériaux industriels autre que la toile. Elle oeuvre dans la transdisciplinarité par des gestes qui structurent et déclinent la couleur matière en surface ainsi qu’en volume jusqu’à la performance. La transversalité est donc le mouvement par lequel elle exprime l’impondérable matière, cette matrice originelle qui nous définit, et dans lequelle le temps, l’espace et les croisements n’ont ni fin, ni limite.